Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 Fodjo Kadjo ABO

Qui osera porter secours à un lion en danger ?

7 Octobre 2010, 11:19am

Publié par Fodjo Kadjo ABO

DSC_0061.jpg« Le lion se noie. Sur qui peut-il compter pour être sauvé ? » Bien malin qui pourra répondre à cette question !

      S’il y a un animal qui symbolise le plus la force, c’est bien le lion. Rares, pour ne pas dire inexistants, sont les animaux qui peuvent se mesurer à lui. Sa puissance lui vaut d’être surnommé « le roi de la forêt ».

      Un animal aussi redouté est en danger : il se noie, mais il ne sait pas nager. Il a donc besoin d’un secours pour échapper à la mort. Mais qui osera prendre le risque de lui offrir ses services ? Tous ceux qui peuvent le sauver ont peur : ils savent qu’il n’hésitera pas à les dévorer une fois hors de l’eau. Et comme nul n’est prêt à troquer sa vie contre celle d’un fauve aussi ingrat, il ne peut qu’être abandonné à lui-même.

      Transposé dans la vie humaine, cette métaphore, tirée de la sagesse abron, est un sujet de méditation pour tous ceux qui incarnent la puissance en raison de leur fortune ou de leurs positions dans la société.

      Hormis Dieu, il n’existe pas un être assez exceptionnel pour pouvoir se passer des autres. Le lion, imbu de sa puissance, se permet tout parce qu’il se dit que non seulement il se suffit, mais en plus aucun autre animal ne peut l’inquiéter. S’il avait l’intelligence de l’homme, il réaliserait à quel point il a tort de raisonner ainsi.

      Ce fauve côtoie quotidiennement des dangers dont sa puissance ne peut le préserver. La chute d’un arbre, qui fait de lui un captif en immobilisant ou en broyant l'une de ses pattes, par exemple, peut lui révéler à quel point il est fragile. Il tombe dans les pièges des hommes aussi facilement que l’agouti, le rat et la perdrix. Il peut lui arriver de tomber dans une rivière, dans un fleuve ou dans un lac.

      Dans toutes ces situations difficiles, des secours lui sont indispensables pour échapper à la mort. Mais sur qui peut-il compter pour être secouru ? Blotti dans le feuillage d’un arbre, le chimpanzé, par exemple, dépiste les chasseurs de très loin grâce à son sens de l’observation et à sa vigilance ; il pourrait alerter le lion et lui éviter de se retrouver dans une gibecière ; mais il ne songe qu’à se cacher pour éviter d’être dévoré par celui-ci.

      De même, les animaux qui peuvent sauver le lion de la noyade existent. Mais sont-ils assez stupides pour le faire en sachent très bien qu’ils paieront de leurs vies le service qu’ils pourraient ainsi rendre à un fauve qui n’a que faire de la gratitude ?

      Nombreux sont les êtres humains qui, dans leur comportement, sont comparables au lion. Dès qu’ils ont une parcelle de pouvoir, ils se prennent pour des extraterrestres et perdent la tête. Ils deviennent inaccessibles et n’hésitent guère à écraser les autres. Les exemples de ce genre d’homme sont légion aujourd’hui.

      Regardez ce responsable politique, administratif ou militaire qui se prend pour le centre de la terre ! Il est si imbu de sa personne qu’il pense se rabaisser en répondant aux salutations de ses inférieurs. Ceux d’entre eux qui se font le devoir de lui faire des confidences ou des recommandations salutaires sont rabroués quand ils ont la chance de ne pas s’attirer des ennuis. Quelle chance a-t-il d’éviter des situations qui menacent son poste ? Personne ne daigne aller vers lui, de peur d’en avoir pour son compte !

      Voyez cet homme à qui la fortune a souri ! Imbu de ses richesses, il se prend pour un surhomme. Il n’hésite pas à manifester du mépris pour les pauvres. C’est à peine s’il songe au cas où il se retrouverait un jour dans une situation face à laquelle l’argent ne sera d’aucune utilité pour lui. Quel espoir aura-t-il de s’en sortir si, par la force des choses, son salut vient à dépendre de ceux qu’il tient à distance par son arrogance et ses brimades ?

      Regardez ce tyran qui règne par la terreur ! Se prenant pour un demi-dieu, il fait la pluie et le beau temps. Les conseils et les suggestions les plus avisés sont pour lui des balivernes. Par sa suffisance et sa hargne, il s’est isolé du reste du monde. Sur qui pourra-t-il compter pour sauver son régime s’il lui arrive de faire face à un coup d’Etat, à une rébellion armée ou à un soulèvement populaire ?

       On pourrait citer à profusion des exemples qui montrent que trop de gens s’avèrent, par leur méchanceté et leur suffisance, être leurs propres fossoyeurs. Trop de personnes se privent de la sympathie et du soutien des autres par leur égoïsme et leur inflexibilité. Cela est bien dommage !

      Il est temps que nous revenions sur terre, nous qui avons la manie d’abuser de la puissance que Dieu nous a fait la grâce de nous accorder. Démarquons-nous du lion et manifestons notre supériorité sur lui en faisant de la raison notre guide. Sachons que la puissance est un couteau à double tranchants. Manié sans délicatesse, celui-ci devient un danger pour ceux qui s’en servent. De même, la puissance, utilisée de façon irréfléchie, finit par devenir funeste à ceux qui la détiennent.

      On est toujours puissant par et pour les autres. Ils méritent donc nos égards, quels qu’ils soient. N’oublions jamais que la puissance infinie n’appartient qu’à Dieu et à Lui seul. Même son fils Jésus, qui ressuscitait les morts et se déplaçait sur les eaux comme s’il était sur la terre ferme, a été crucifié comme n’importe quel mortel.

       Après tout, nous sommes des hommes comme ceux que l’argent et le pouvoir nous portent à mépriser. Ce qui nous distingue d’eux, c’est la chance que nous avons de faire fortune ou de commander à nos semblables. Mais savons-nous qu’il n’y a rien de plus instable, de plus volatile que la chance ? Des gens qu’on a vu se vautrer dans les richesses sont morts dans le dénuement le plus total. De même, des souverains ayant fait trembler des peuples ont perdu le pouvoir dans le sang et l'humiliation ou fini leurs vieux jours en prison.

       Très nombreux sont ces demi-dieux qui ont fini par avoir besoin du secours ou du soutien des victimes de leurs abus. Soyons donc humbles, quelles que soient nos conditions sociales. Faisons en sorte que le pouvoir, l'argent et la gloire ne nous dénaturent pas au point de faire de nous des épouvantails pour nos semblables. L'Homme n'est rien sans l'Homme.

 A bon entendeur, salut !                                                  

                                                                                Fodjo Kadjo ABO

                                                                                                       Magistrat-écrivain

Commenter cet article
M
<br /> Et pourtant, comme l'indique une des fables de La Fontaine (Le lion et le rat), c'est ce qui avint au sortir d'une forêt lorsque Roi Lion fut pris dans un piège de filet dont ses dents ne le purent<br /> défaire. Un rat, à qui il avait laissé la vie sauve un jour, se souvenant de ce bienfait, accoura à son secours et de ses petites dents, rongea les mailles du filet dans lequel le Roi des animaux<br /> était tombé.<br /> <br /> "Il faut, autant qu'on peut, obliger tout le monde<br /> On a souvent besoin d'un plus petit que soi.<br /> De cette vérité deux fables feront foi,<br /> Tant la chose en preuves abonde.<br /> <br /> Entre les pattes d'un lion<br /> Un rat sortit de terre assez à l'étourdie.<br /> Le roi des animaux, en cette occasion,<br /> Montra ce qu'il était et lui donna la vie .<br /> Ce bienfait ne fut pas perdu.<br /> Quelqu'un aurait-il jamais cru<br /> Qu'un lion d'un rat eût affaire ?<br /> Cependant il avint qu'au sortir des forêts<br /> Ce lion fut pris dans des rets,<br /> Dont ses rugissements ne le purent défaire.<br /> Sire rat accourut, et fit tant par ses dents<br /> Qu'une maille rongée emporta tout l'ouvrage.<br /> <br /> <br /> Patience et longueur de temps<br /> Font plus que force ni que rage."<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> Merci de ton aimable commentaire, mon cher Mohamed. J'en suis très touché.<br /> <br /> <br /> <br />